Robert Kurz, L’Effondrement de la modernisation

19,00

De l’écroulement du socialisme de caserne à la crise du marché mondial
Préface d’Anselm Jappe et Johannes Vogele

Ouvrage traduit de l’allemand par Johannes Vogele

Premier ouvrage majeur de Robert Kurz, inaugurant la théorie critique de la valeur et vendu à plus de 25000 exemplaires en Allemagne, cet ouvrage propose une contre-histoire du capitalisme au XXe siècle. « Jamais il n’y eut de fin aussi totale ». Avec cette phrase commence une analyse décapante de l’économie mondiale à la fin du XXe siècle et de l’ensemble du processus de modernisation capitaliste. Et ce que personne n’aurait plus cru possible : le noyau théorique à partir duquel l’auteur développe son argumentation est la critique de l’économie politique d’un certain Karl Marx enterré pour la énième fois avec la chute du Mur de Berlin. Une fois débarrassée les concepts de Marx du ballast marxiste traditionnel, il est étonnant de voir quelle puissance analytique est encore contenue dans cette critique. Toutefois, Kurz ne l’applique pas seulement à ce qui s’est toujours réclamé du capitalisme, mais, avec la même détermination, aux régimes du « second monde », qui dépendaient de l’URSS ou relevaient du « tiers-monde ». Examinant l’ensemble du processus de modernisation capitaliste dans ses différents modèles, l’auteur procède ici à une analyse originale de la chute des pays socialistes, qui comprend le bout du chemin que ces économies avaient atteint dans le contexte d’une crise fondamentale du capitalisme qui allait, hier, toucher l’Est, comme aujourd’hui, l’ensemble du marché mondial.

Robert Kurz (1943-2012) est l’un des principaux théoriciens de la « critique de la valeur-dissociation », un courant international élaborant une critique radicale du capitalisme fondée sur une relecture novatrice de Marx, à contre-courant du marxisme traditionnel. Critiquer le système marchand en termes d’une simple redistribution plus juste des richesses, voilà qui pour Kurz, constitue une approche qui, loin d’être une solution du problème, fait partie de celui-ci. Ce qu’il faut aujourd’hui, c’est une critique catégorielle du capitalisme-patriarcat qui s’attaque à ses éléments structuraux : le travail, la marchandise, l’argent, le patriarcat, la forme-sujet et l’Etat.

Parmi ses ouvrages traduits en français : Vies et mort du capitalisme (Lignes, 2011), Impérialisme d’exclusion et état d’exception (Divergences, 2018), La substance du capital (L’Echappée, 2019).

Description

Caractéristiques techniques 

Collection Palim Psao

ISBN : 978-2-490831-09-8

Nombre de pages : 303

Format : 14 x 20,5 cm

Parution en librairie : 16 avril 2021 (France, Belgique, Suisse)

Possibilité d’expédition sur tous les continents via une commande sur le site Editions Crise & Critique (pas de frais de port) / Possibilité de paiement en devises étrangères.

Table des matières

Chapitre 1 | Logique et ethos de la société de travail

Chapitre 2 | Étatisme et monétarisme dans le processus historique de la modernité

Chapitre 3 | L’économie de guerre allemande et le socialisme d’État

Chapitre 4 | Concurrence et émancipation

Chapitre 5 | Le dilemme structurel de la planification des marchés

Chapitre 6 | Crise et effondrement de l’économie dirigée

Chapitre 7 | Le regard rivé vers l’Occident : de Charybde en Scylla

Chapitre 8 | L’échec de la modernisation

Chapitre 9 | La crise du système mondial de production de marchandises

Chapitre 10 | Maîtrise de la crise et utopie

Petit | Glossaire